Démarche artistique

Quand on photographie la Bretagne, région ultra-photographiée s’il en est, sortir des clichés 1000 fois vus est un défi artistique.

C’est justement ce qui me motive : prendre le contrepied, sortir des points de vues classiques maintes fois photographiés et très souvent de la même façon, des spots vus et revus et réinventer le modèle. La mer et son univers, mais aussi les terres (ar mor et ar goat) deviennent ainsi une matière première que je façonne pour obtenir une ambiance particulière, qui va au-delà de simple rendu fidèle de ce que j’ai capturé le jour de la prise de vue. C’est comme cela que je construis par exemple la série «Quelque part dans une lointaine galaxie » qui cherche à reproduire une ambiance de science-fiction à partir des paysages bretons, ou bien la série "Visions troublées" qui frôle la limite entre la réalité et certains mondes imaginaires.

J’ai comme contrainte supplémentaire que les périodes de la journée auxquelles je peux me consacrer à la photo (prise de vue, mais aussi le traitement) sont souvent limitées aux débuts et fins de journées. De fait, les lumières et donc les couleurs sont souvent celles des levers ou couchers de soleil.   

Même si j’évite d'appliquer des règles toutes faites, mes photos suivent peu ou prou quelques lignes directrices générales :  

  • Capturer la lumière, faible ou forte, mais si souvent changeante en Bretagne  
  • La couleur, sous toutes ses formes (en dehors du noir et blanc, bien entendu !)  
  • Jouer avec les perspectives, donner de la grandeur à l’insignifiant, et à l’inverse, rendre un peu plus humble ce qui pourrait paraître trop fier.  
  • La présence humaine est minimale, voire inexistante. Le plus souvent, elle est indirecte ou suggérée par les traces qui ont pu être laissées.
  • Créer une ambiance de calme, mais qui laisse planer un doute sur l'avant ou l'après.
  • Ou, à l'inverse, créer un sentiment d'étrangeté, à limite du dérangeant, en tous cas qui bouscule un peu le spectateur dans ses habitudes.

Côté technique, je considère que la réalisation (et la réussite) d'une photo se fait à 2/3 - 1/3. Les 2 premiers tiers se déroulent à la prise de vue. Si celle-ci est ratée (mauvais cadrage, mauvaise lumière, mauvais réglages...), aucun logiciel au monde ne pourra la sauver. C'est pourquoi je cherche à obtenir une image réussie dès le début. Le tiers restant vient après la prise de vue, c'est le post-traitement. Il s'agit alors d'améliorer la photo, lui faire dire exactement ce que je veux. Au passage, je n'utilise pas Photoshop (qui n'est même pas installé sur mon PC), seulement des logiciels de développement.

    Vous pouvez retrouver mon travail en parcourant les galeries ou le blog dans lequel je partage des histoires de photos ou quelques réflexions sur le monde de la photo.